Le forum va changer de nom et d'adresse
https://www.cichlidsforum.fr/viewtopic.php?f=34&t=34474

Remerciements...

TOUT ce qui n'a rien à faire dans les autres forums - modération subjective.
Mauri
Messages : 310
Inscription : 18 oct. 2003 01:00
Numéro AFC : 1235 78
Localisation : 78780

Remerciements...

Message par Mauri » 22 juin 2016 19:22

Salut

Je viens de clore la présentation générale de notre programme de conservation-diffusion ; j’imagine que vous connaissez, sinon, vous pouvez voir ici http://www.cichlidsforum.fr/programme-c ... 33628.html

Au nom de notre petit groupe, Je tiens d’abord à remercier les responsables de ce forum qui nous ont ouvert un espace et ont permis cette initiative un peu inhabituelle pendant plusieurs semaines, et je m’excuse pour avoir un peu débordé sur le foot !! Je voudrais terminer par quelques propos généraux.

Le sujet n’est pas facile, mais J’espère néanmoins que cela vous a intéressé, même ce ne sont pas vos préoccupations habituelles. J’espère aussi que vous avez bien noté que nos réflexions et travaux peuvent concerner la majorité des espèces de poissons d’ornement, donc bien au delà des Tropheus.

A coté des pistes d’actions pour aider, un peu, à la protection des espaces menacées, notre communication concerne aussi l’aquariophilie en général, laquelle ne va pas très bien ; c’est une opportunité pour discuter, réfléchir, agir, car le paysage aquariophile se transforme, sans doute plus rapidement encore que ce que nous ne l’imaginions après nos voyage et contacts en Europe.. Pour ne prendre que les acteurs de la filière, et durant ces 18 derniers mois, plusieurs grandes enseignes ont fermé ou vont le faire : Airfish, Ferme des discus, FOB, etc ; On aimerait être certains qu’Abysse réussira à poursuivre son exploitation après son déménagement, tandis que Verdjuin a réorienté son offre vers moins de spécialisation. Dans le même temps, combien de spécialistes amateurs ont arrêté l’aquariophilie ? Que sont devenus leurs poissons ? Comment s’est organisé le transfert de connaissances et d’expérience au profit de la communauté aquariophile ?

Autre exemple : depuis un ou deux ans, les grands pêcheries du Lac Tanganyika semblent désorganisées par l’arrivée de nouveaux « acteurs » qui, peu enclins à respecter règlements et usages, pillent les colonies afin de satisfaire la demande de la Turquie et de la Grèce, voire celle de certaines filières européennes… y compris pour des espèces menacées ! Quelles le disent ou pas, les grandes enseignes européennes souffrent et l’inquiétude grandit, notamment après l’effondrement des marchés russe et chinois. La réflexion sur la conservation des marges nécessaires à la vie des exploitations est de plus en plus forte.

Notre communication a soulevé peu de questions, de débats : le thème de la conservation est connu (trop ?), ses échecs aussi, et le temps manque souvent pour poster ; il y a aussi les habitudes du net, outil de l’instant plus que de com, ou, bien souvent, on prend plus qu’on ne donne… Il y a enfin ceux qui ont réussi leurs projets et qui pensent, c’est normal, que tout cela n’est pas bien neuf…

Pourtant, ces évolutions vont transformer en profondeur le hobby et croire qu’il pourrait s’agir de difficultés conjoncturelles dues, par exemple, aux perturbations économiques actuelles est une énorme erreur : tôt ou tard, elles vont affecter chaque aquariophile, pour un aspect ou un autre de son hobby : moins de choix, espèces plus rares, voire introuvables, prix plus élevés, baisse de la « qualité », apparition de variétés non-naturelles et bricolées dans le seul objectif, non plus de faire des concours, mais de maintenir des marges. Et je ne parle pas de la baisse de fréquentation des réunions, bourses et clubs encore accrue par une mauvaise utilisation d’internet…certains sites généralistes étant maintenant utilisés pour vendre des poissons, quelle que soit leur rareté !

Dire que nous avons raison serait idiot et insupportable : simplement, nous insistons pour souligner que ces signes sont à prendre en compte, par chacun, car demain sera sans doute trop tard. C’est aujourd’hui qu’il faut ouvrir les yeux, qu’il faut arrêter de gémir, arrêter de dire qu’on n’y peut rien si la France aquariophile va mal : agir pour protéger, agir ensemble, agir pour ne pas subir…

Soyez en convaincus : face à ces évolutions, l’indifférence et l’inaction qui en découle sont une dangereuse attitude…

Gérard

Pour le partage, sunrise with the cormorant, lac Tanganyika, photo Louise Horsfall

Image
Gérard
AFC 1235/78

Répondre

Réseau social

       

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit